MP organise à Nouakchott un atelier de formation sur l’analyse prospective

Crédit photo: BG

L’Hôtel Iman de Nouakchott a abrité les 11 et 12 septembre 2018 un atelier de formation sur l’analyse prospective : « de l’anticipation à l’action ». Ce séminaire entre dans le cadre du projet de renforcement du débat, de la réflexion et du réseautage sur les thématiques de la jeunesse et de la migration en Mauritanie. Ce projet est piloté par le think tank, Mauritanie Perspectives(MP) en partenariat avec la coopération espagnole à travers le programme MASAR.

L’atelier en question a été animé par Mme Pascal Vincent, anthropo-juriste au CIEDEL (centre international d’études pour le développement local) qui se trouve à Lyon en France et Mr Niang Ibrahima, un sortant du CIEDEL et expert en ingénierie de développement local et en ingénierie de coopération. M. Niang est également le coordinateur national des communes du Sud et président de l’ONG, « Banlieues du monde Mauritanie ».

Il y a lieu de noter que : « Faire de la prospective, c’est raconter ce qui est susceptible de se passer en se fondant sur les projections, et en les articulant aux facteurs catalyseurs des changements.

Face à l’incertitude, il n’y a pas un seul avenir à prédire mais plusieurs futurs à préparer. La prospective, définie comme l’investigation méthodique des futurs possibles, devient un préalable à l’élaboration de stratégies ou de politiques en vue d’une action imminente. »

Au cours de cette formation-action, les séminaristes ont été initiés sur les grandes lignes du projet de prospective et sur l’arsenal théorique indispensable à cet effet.

Les exposés ont tourné autour de l’Histoire de la prospective, les notions principales et définitions, le lien avec la planification stratégique.

Crédit photo: B.G

Le fond et la forme, les contenus et les modes de faire, le choix de l’objet de la prospective et de son horizon temporel, la participation des acteurs, la place des experts.

Ainsi, la finalité de la prospective c’est de mettre en commun des profils différents et hétéroclites qui n’ont pas l’habitude de travailler ensemble. En effet, une des spécificités de la prospective c’est de mixer l’information.

Par ailleurs, le passé doit servir à dégager des performances pour forger des hypothèses ou des règles opératoires efficaces pour l’action.

Il y a trois attitudes actives. D’abord la réactivité qui consiste à agir d’urgence, ensuite la pré activité qui est le fait de se préparer aux changements prévisibles et enfin la proactivité qui consiste à provoquer les changements souhaités ; il s’agit en fait des inventions du futur.

Pour mettre en œuvre cette dernière option, il convient alors de planifier les actions stratégiques et mettre en place des indicateurs de suivi. La prospective précède toujours la planification.

On distingue la prospective qui est la phase exploratoire et la stratégie qui est une évaluation des options stratégiques et des décisions sur des orientations d’action. De ce fait une démarche prospective et un groupe de travail sont indispensables pour avoir de bons résultats. La prospective sert à orienter le développement et c’est toujours une démarche contextuelle.

Après s’être familiarisé avec les mots-clés de la prospective(processus, enjeu, défi, tendance lourde, signaux faibles, rupture, hypothèses…) et avec la démarche à suivre pour étudier une situation-problème, les séminaristes ont été répartis en deux groupes pour u travail pratique en atelier.

Le thème choisi pour l’expérimentation des connaissances acquises c’est « jeunesse et migration ».

Le premier groupe devait plancher sur le fond de cette thématique, quant au deuxième groupe, il devait réfléchir sur les idées reçues au sujet de ce même thème, les deux groupes devant adopter la méthode prospective.

Crédit photo:BG

Après la restitution, les formateurs ont pu faire l’évaluation du travail accompli et apporter les correctifs nécessaires.

Notons que Mauritanie Perspectives(MP) qui a organisé cet atelier est une association constituée de personnalités d’horizons diverses : experts, universitaires, hauts cadres, fonctionnaires, hommes d’affaires, etc.

Bakari Guèye

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *