Mauritanie : le pays des paradoxes

Article : Mauritanie : le pays des paradoxes
29 octobre 2014

Mauritanie : le pays des paradoxes

mauritanie

Crédit photo : ONT/RIM

Mon pays appartient à la sphère des anciens pays colonisés qui aujourd’hui encore souffrent toujours des affres du sous-développement.
C’est un coin de désert bordé par l’océan Atlantique et coincé entre l’Afrique occidentale et le Maghreb.


Comme vous l’aurez peut-être deviné, c’est la Mauritanie présentée par Me Mokhtar Ould Dadah, le « père de l’indépendance » comme un trait d’union entre l’Afrique noire et le Maghreb arabe.
Mon pays, c’est le lieu par excellence des paradoxes. C’est à la fois un pays ou rien ne va et où tout va bien. Cela dépend du camp dans lequel on se situe, celui du pouvoir ou celui du citoyen lambda.
En effet, les citoyens croupissent sous la misère et sont voués au fatalisme. Mais, pour les dirigeants, c’est le pays de cocagne où « tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes. »
Malgré l’état pitoyable dans lequel vivent les citoyens, les dirigeants du pays ne se gênent pas à faire, à longueur de journée, des déclarations fracassantes sur la bonne santé économique, des professions de foi à dormir debout.
C’est ainsi que le rapport mondial 2014 sur le développement humain indique que 42, 3 % de la population mauritanienne vivent dans une « extrême pauvreté » et que 12, 8  % « sont en quasi-pauvreté multidimensionnelle ».
Mais ce n’est pas là l’avis du président mauritanien qui a affirmé récemment, avec assurance, que le pays s’apprête à rejoindre les Etats à revenu intermédiaire.
Donc, au moment où les dirigeants crient sur tous les toits que les indicateurs économiques sont au vert, que les caisses de l’Etat sont pleines et que les réserves en devises sont exorbitantes, près de la moitié des Mauritaniens vivent sous le seuil de la pauvreté.
Cette propension à nier la réalité et à transformer les échecs en victoires vient d’être poussée à son paroxysme par le ministre de l’Enseignement supérieur, débarqué récemment du gouvernement.
En effet, pour l’année 2014, moins de 10 % des candidats au bac étaient reçus. C’est là, à n’en pas douter, l’un des taux de réussite les plus faibles au monde.
Seulement, pour notre honorable ministre, ce résultat était magnifique, voire même historique.
Selon lui, une dizaine d’heureux élus sont parvenus à décrocher le bac avec des moyennes jamais égalées dans les annales de notre système éducatif.
Poursuivant son raisonnement, et persuadé de s’adresser à des bourriques, il a poussé l’audace jusqu’à déclarer pompeusement sur le plateau de la télévision nationale que ces  « génies » permettront d’alimenter la dizaine de centres, d’écoles supérieures et autres universités construites à coups de milliards par le gouvernement.
Ce sont là quelques bribes d’exemples qui en disent long sur ce qu’est réellement mon pays.

Bakari Guèye

Partagez

Commentaires

Mohamed Tabane
Répondre

PAS mal ton post.

Awaseydou
Répondre

Oui Bakary,c'est ça la RIM, mais comme on aime à le dire inchaallah, ça ira, comme l'illustre cette campagne d'assainissement, 1er du genre depuis que je côtoie ce pays, il faut un peu plus d'ancrage citoyen au pays de inchaallah et de machaallah.