La montée des extrémismes en Mauritanie

Article : La montée des extrémismes en Mauritanie
Étiquettes
6 mai 2015

La montée des extrémismes en Mauritanie

En Mauritanie, avec l’accaparement des richesses par une petite minorité, on assiste à une paupérisation accélérée de la population et à une montée en flèche des extrémismes.
En effet, depuis quelque temps, on assiste, avec la complicité de certains médias à une apologie du racisme et du tribalisme qui mettent en danger les fondements très fragiles d’un faible Etat qui a du mal à trouver ses marques.

Cette radicalisation concerne toutes les composantes de la population. C’est dans ce cadre qu’il conviendrait de placer les revendications identitaires qui jaillissent çà et là.

C’est ainsi qu’après des mouvements comme l’Initiative pour la Résurgence du mouvement abolitionniste en Mauritanie (IRA), Touche pas à ma nationalité (TPMN) et le manifeste pour les droits des Haratines qui vient tout juste de fêter son 2e anniversaire avec une marche qui a regroupé des milliers de personnes à Nouakchott ; voici qu’un autre mouvement ou plus exactement un parti vient d’entrer dans la danse. Il s’agit du parti « Appel pour la nation » dirigé par un certain Daoud Ould Ahmed Aicha, qui compte mettre en place dans le pays un projet de société où seuls les Maures (la communauté arabo-berbère blanche) aura sa place.

Le jeune Daoud dont les idées extrémistes font froid dans le dos affirme avec ostentation que sa communauté représente plus de 90 % de la population mauritanienne et que tous les autres ne sont que des étrangers qui doivent accepter l’assimilation ou quitter le pays.
Ce sont là bien entendu des idées farfelues et dénuées de tout fondement, mais qui ont le mérite d’attirer l’attention et d’inviter les Mauritaniens à se ressaisir pour empêcher de telles idées à gagner du terrain.

Malheureusement, l’Etat qui devait se porter garant de la cohésion nationale fait la sourde oreille pour ne pas dire cautionne ces dérives. En effet lors du premier meeting organisé par ce fameux parti « Appel pour la nation », les observateurs ont noté la présence de Taleb Khyar Ould Cheikh Mamine, un éminent érudit, par ailleurs membre du Haut Conseil de la fatwa et des recours gracieux, la plus haute instance religieuse du pays.
Comment peut-on comprendre qu’un homme de cette trempe puisse se retrouver au beau milieu d’une clique qui a l’intention manifeste de semer la zizanie entre les différentes couches de la population mauritanienne ?
Bakari Guèye

Partagez

Commentaires