Mauritanie : une visite comme les autres

présinéma
Crédit Ami

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz est arrivé ce matin à Néma (Extrême-est du pays). Ce déplacement entre dans le cadre d’un long périple qui le mènera successivement dans toutes les grandes agglomérations des régions du Hodh (Hodh Occidental et Hodh Oriental).

Mis à part le caractère routinier de cette longue balade à travers le pays profond, c’est malheureusement et comme à l’accoutumée, le volet folklorique et panégyrique qui l’emporte.
En effet, le président aura à ses trousses tout au long de son séjour tout ce que la République compte comme laudateurs et autres béni- oui-oui, des cadres de la haute administration, tenant chacun à mobiliser son clan pour contribuer à la chaleur de l’accueil. Il s’agit là de la meilleure stratégie pour se faire remarquer et assurer ses arrières.
Les visites présidentielles constituent ainsi une véritable saignée pour le pays, car en l’espace de quelques jours, des dizaines de millions d’ouguiyas sont dilapidées.
Il va sans dire que la facture est très salée, mais le contribuable est tenu de payer sans rechigner, pour toutes ces extravagances.
Et pourtant, à son arrivée au pouvoir en 2008, l’homme fort du pays avait tenté de se démarquer de cette vieille et mauvaise habitude héritée du régime dictatorial de Ould Taya, qui a gouverné le pays d’une main de fer de 1984 à 2005.
Au premier jour de cette visite, on attendait le président Aziz sur plusieurs dossiers chauds qui tiennent les Mauritaniens en haleine. Il y a entre autres la question lancinante de la grève des employés de la SNIM ainsi que celle concernant le dialogue politique pour trouver une issue à la crise multidimensionnelle que traverse le pays.
Mais ould Abdel Aziz a préféré garder le mutisme, réservant ses révélations pour les jours à venir, laissant ainsi ses concitoyens sur leur faim.
Bakari Guèye

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *