Mauritanie : un sénateur défend les exactions contre la communauté noire en 1989

senateur_Sidi_Ould_Dahi
Le sénateur Ould Dahi. Crédit photo : Cridem

En 1989 des événements d’une rare violence ont secoué la Mauritanie et le Sénégal causant des centaines de morts de part et d’autre.

Ce conflit avait été mis à contribution par le régime dictatorial de l’époque, dirigé par Ould Taya, pour régler ses comptes avec la communauté négro-mauritanienne du pays, qui a payé un lourd tribut.

Soutenu par le régime baasiste de Sadam Hussein et profondément imbu de l’idéologie panarabiste, Ould Taya avait tenté de rayer de la carte toute une communauté, une folie qui relevait tout simplement de l’utopie.

C’est ainsi que malgré le nettoyage systématique opéré au sein de l’administration et de l’armée et les centaines de villages de la vallée vidés, l’opération échouera lamentablement et finit par emporter son initiateur.

Vingt-six après cette funeste entreprise et au moment où on s’emploie laborieusement à recoller les morceaux d’une unité nationale qui avait volé en éclats, voilà qu’un lugubre sénateur, présenté comme un proche conseiller du président actuel, affirme sans ambages que ces exactions contre une partie de la population mauritanienne étaient ce qu’il y avait de mieux dans le bilan -tristement célèbre- du dictateur déchu.

Selon Ould Dahi (c’est son nom) qui s’exprimait sur le plateau de la chaine privée  ElWatanya : « Les Noirs occupaient les ministères et les institutions comme la Santé, la défense, les télécommunications… »

Ces déclarations négationnistes et racistes, qui n’ont jusque-là suscité aucune réaction officielle de la part des acteurs politiques et de la société civile, ont par contre provoqué une vague de réprobation sur les réseaux sociaux.

Quoiqu’il en soit, de telles déclarations ne sont pas de nature à contribuer à l’édification de l’unité nationale en Mauritanie où la fracture sociale et économique entre les communautés constitue une épée de Damoclès et menace dangereusement l’existence même du pays.

Bakari Guèye

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *