Crime horrible dans la banlieue de Nouakchott : Une fillette violée et brulée vive par des malfrats

 

crime nktt

Crédit photo: tawary.com

La capitale mauritanienne a été vivement secouée le 22 décembre en début de soirée par un crime d’une violence inégalée.Une petite fillette de 10 ans qui rentrait tranquillement chez elle, après un cours dans une école coranique du coin, a été kidnappée, violée puis brulée vive par trois solides gaillards de la pègre nouakchottoise.
Cette affaire a profondément ému l’opinion publique mauritanienne qui assiste impuissante à une descente inexorable aux enfers, avec une insécurité galopante, notamment à Nouakchott et une déchéance morale qui se propage comme une trainée de poudre.
En réaction à ce crime qui sort de l’ordinaire, l’opposition mauritanienne regroupée au sein du FNDU (Forum Pour la Démocratie et l’Unité) a fait porter le chapeau au régime en place qui, à l’en croire, ne fait rien pour veiller à la sécurité des citoyens et de leurs biens.
A son tour le mouvement contestataire des « jeunes du 25 février » a rendu public un communiqué daté du 23 décembre, dans lequel il appelle les autorités à tout mettre en œuvre pour l’arrestation des violeurs de la jeune fille.
Le mouvement s’est par ailleurs vivement élevé contre ce qu’il a qualifié de « détérioration des conditions de sécurité » et appelé le peuple mauritanien à se dresser contre une telle situation.
Notons que le jour du crime plusieurs autres agressions ont été signalées dans la capitale avec entre autres à Dar Naim(banlieue Nord de Nouakchott) deux commerçants qui rentraient tranquillement chez eux après une dure journée de labeur. Ils furent coincés dans une ruelle sombre par deux bandits qui les délestèrent d’une importante somme d’argent. Cela s’est passé vers les coups de vingt heures dans le quartier 12 Suite, à quelques encablures du commissariat de police. L’un d’eux avait reçu un coup de canif dans l’épaule.
Autre agression, cette fois-ci, il s’agit d’une jeune femme, qui tient un secrétariat public, située à quelques mètres du commissariat de police et du tribunal départemental. Elle fut attaquée par de jeunes délinquants qui l’ont copieusement rossée.
C’est dire que l’insécurité a encore de beaux jours devant elle à Nouakchott où l’inefficacité des forces de sécurité commence à inquiéter sérieusement les habitants de cette ville tentaculaire.
Bakari Guèye

 

 

One thought on “Crime horrible dans la banlieue de Nouakchott : Une fillette violée et brulée vive par des malfrats

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *